Tout s’arrange mieux que je ne l’aurais cru !

Cher Parents

J’ai reçu Vendredi soir la lettre de Jean et j’espère recevoir aujourd’hui les papiers demandés  avec la demande pour le bac.
Tout s’arrange en effet mieux que je ne l’aurais cru. Le Lt Colonel du Recrutement a dit à Wable, un type qui s’engage aussi, qu’on passerait une visite provisoire, aussitôt qu’on aurait déposé ses papiers et on nous délivrerait un certificat d’aptitude militaire, on signerait seulement l’engagement après le Bac : ça colle !… Nous sommes allés hier, Barth et moi, demander des précisions et si c’était exact . Mais on passait la visite, et nous n’avons pas pu entrer. Nous y retournerons demain.
Un nouvel engagé se joint à nous, De Darkin, le fils d’un général qui était à Saint Mihiel avant, jeune homme très sérieux, qui a fait sa philo l’année dernière, et fait Math-Elem cette année.
Il ira aux Chass-bis, et si je ne peux aller avec Shwartz, je pourrai aller avec lui.
Comme cela nous sommes 6 à passer le Bac et peut-être 7, dont 4 engagés le 19.

Ce qu’il y a d’ennuyeux, c’est qu’on avait demandé au directeur de ne plus suivre les classes à partir de lundi. Hier il nous attrape dans l’escalier tous les 5 Philos-Poilus et nous dit  » Messieurs les Poilus, vous suivrez les cours jusqu’ au dernier jour et vous aurez comme programme tout ce qu’on aura fait jusqu’ à l’examen ». C’est ennuyeux mais on s’est arrangé avec le Père Ditte : on présente en Philo le plus intéressant, seulement la Psychologie et on laisse la logique. Dès demain il va nous faire repasser, cela ira vite. Cela ira ! J’ai toujours peur pour la révision, je ne serai tranquille que quand je l’aurai passée. Le Père Migot m’a dit qu’il me ferait pistonner par le Général Faës, commandant de place à Nancy. Mais je ne vois guère pourquoi je serai recalé : c’est un médecin qui est rosse, parait-il ? En tout cas, c’est convenu, si je ne suis pas pris à Nancy, je vais à Bar.
Aussi, pensant passer la révision, Jeudi, envoyez-moi un laisser-passer bon pour 2 voyages, durable tout le mois de Mars. Comme cela je n’aurais plus besoin de réclamer, et pourrai courir me faire prendre à Bar, en cas de besoin. Mais j’espère ! Je ne suis peut-être pas un mâle magnifique mais enfin je suis potable, je crois !

Il n’y a toujours rien de nouveau. La tranquillité la plus absolue règne à Nancy. Sauf hier, où un taube[1] essayait de passer les lignes, on n’entend plus rien.

4  ½. Nous revenons de la pépinière ou Sigis a matché contre la meilleure équipe de Nancy. Nous avons été battus par 3 à 2 : c’est honorable.
Le facteur n’est pas encore passé, ou tout au moins, on n’a pas encore distribué les lettres. C’est embêtant : j’espère recevoir les papiers envoyés ce soir ou demain matin : Barth a déjà les siens.
Je ne trouve plus rien à vous dire et j’ai une disserte à faire, aussi je vous quitte en vous embrassant tous.

P.Collot

[1] De l’allemand Taube (« pigeon », « colombe ») en raison de la ressemblance des ailes et de la queue de l’avion avec celle d’un oiseau.

170304-A.png

170304-B.png

170304-C.png170304-D.png

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s