Lever sans cérémonie à 6 heures. On s’attife, on fait la « piaule », et on se lave

Lons le Saulnier le 30

 

Chers Parents

 

Je n’ai pas encore reçu de vos nouvelles, mais je pense en recevoir à midi. Je vais vous donner un peu des détails de notre vie.

Lever sans cérémonie à 6 heures. On s’attife, on fait la « piaule », et on se lave. Comme d’ordinaire, on apporte le jus au pieu. C’est vite fait de l’avaler, cela passe comme une lettre à la poste, mais si cela réchauffe, cela ne nourrit guère… Le veinards sont ceux qui ont du pain de rabiot.
Ils cassent une croute supplémentaire. Aujourd’hui, les 3 jeunes bleus, nous crevions de faim, et on fumait pour passer le temps à plat ventre sur nos pieux. Nous n’avons absolument rien à faire. L’instructeur n’est pas là ce matin. Alors on se repose : quel doux farniente. On se repose, c’est tout dire : fumer, dormir, rafistoler ses affaires et c’est tout.

Autrement à 9 heures, on a exercice jusqu’à 10 heures. A 10 ½ la soupe, : l’ordinaire c’est la soupe et le rata, pas de pinard, de l’eau claire, c’est plutôt dur.
Avec cette soupe à 10 ½, on ne se rend plus compte des heures, et à midi, je crois toujours qu’il est 3,4 heures.
Mais la soupe n’est jamais trop tôt, on crève de faim, l’ordinaire satisfait difficilement notre appétit. Heureusement qu’on peut se payer du supplément, mais le soir seulement, car il n’y a pas de cantine ! Les pauvres bleus qui sont avec moi, en fait de pognon, n’ont que le prêt. Et ils ne sont pas chargés. Le plus jeune de la 20 est un émigré d’Autriche, qui s’est évadé de Bochie, et dont les parents sont en pays envahi. Heureusement qu’il a un bon caractère : il rigole de tout. « Il vaut mieux rigoler de tout que de pleurer » voilà son principe, bon et mauvais à la fois.
Après la soupe, le soir exercice comme le matin. Je n’en ai pas encore fait beaucoup ! On apprend le rudiment : Présentez armes, portez armes !! etc…
Puis repos ou corvées jusqu’au soir. A 5 ½, rata comme le matin. Après, on se sangle dans sa capote, on colle ceinturon et rosalie au café, et en route pour déambuler. Hier j’ai payé mon entrée : 5 litres, à la chambrée. Nous nous amusons follement soir mais nous nous amusons sérieusement, si on peut dire ainsi. On a l’air de poulains échappés qui trottent et s’en payent leur soûl.
A 81/2, appel du soir, et on se glisse dans ses draps. Nous sommes bien couchés : 3 couvertures, un matelas, une paillasse, une planche, 2 draps comme du parchemin et un polochon. Je dors comme un bienheureux d’un seul coup.
Voilà notre vie : les copains sont très chics, et sont très complaisants envers les bleus. Je suis tout habitué à cette nouvelle vie. Il me semble que toujours, j’ai été chasseurs. Je ne ferai pas grand-chose de plus jusqu’à l’arrivée du 18, en attendant vous avez vu notre vie calme et douce, plus douce que celle de Sigis. C’est presque des vacances, à part les corvées.
Je suis habillé en velours brun jusqu’à l’arrivée de la 18 mais j’ai le képi et la capote chasseurs. Ordinairement on est en bourgeron, la première fois que je l’ai pris, je me suis cru en chemise. Mais maintenant la première impression est passée.
Je suis très content et très satisfait de ma nouvelle vie. Je pense que vous allez toujours bien à Bar et que j’aurai bientôt de vos nouvelles.
En attendant, je vous embrasse tous bien affectueusement.
P.Collot

170430-A.png

170430-B.png

170430-C.png

170430-D.png

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s