Si les projets formés par Papa avaient pu se réaliser, je serais maintenant à Dijon avec lui !

Valdahon le 27 Mai 1917

Cher Parents

Si les projets formés par Papa avaient pu se réaliser, je serais maintenant à Dijon avec lui ! Hélas ! Malgré mon vif désir, je n’ai pu aller au rendez-vous. Jeudi, une note du Capitaine paraissait au rapport, annonçant que contrairement à ce qui avait été dit, le nombre des E.A. permissionnaires serait limité à 50, à cause de la crise des transports. J’aurais pu facilement être des 50 , n’ayant jamais demandé de permissions de minuit et 24 heures depuis 2 mois.
Comme je ne savais que faire de cette permission, et comme je voyais à côté de moi nombre de copains qui pouvaient utiliser 48 heures pour aller dans leur familles je me désignais sans regret et renonçais à toutes permission.
Le lendemain Vendredi, je recevais la lettre de Papa : c’est alors que le sacrifice me semble bien dur, mais enfin, je ne pouvais revenir sur ma décision. Je ne pouvais plus télégraphier : je rédigeais alors une dépêche et la portais au curé, qui a du vous l’expédier. J’espère qu’elle est arrivée à temps, et que Papa aura pu fêter tranquillement la Pentecôte.

Le lieutenant a offert hier à ceux qui avaient renoncé, une permission de 24 heures. Je l’ai demandé pour Lundi et je pense aller à Besac(Besançon) demain matin, et voir les Gaussot. Je m’y ferai photographier.
Aoujord’hui, sur 18, nous restons 5 dans la chambre ; 2 sont allé se promener, 2 autres sont allé voir leur « ribaudes » et moi, je vous écris d’un café, au sortir de la messe ; Pentecôte un peu sombre peut-être !!! Mais bah ! la carrière militaire est une route pénible par places. Pour la fin de Juillet, j’aurai ma permission de 7 jours avant de rentrer à St Maixent. Nous restons en effet ici jusque fin juillet et après, les heureux élus partiront pour Saint Maixent, où ils resteront 3 mois, à la suite de quoi ils seront nommés aspirant ou sergent. L’examen d’entrée sera pour le commencement de Juillet.

Sur 8 candidats par bataillon, il y en aura 5 de pris. C’est le tarif.

L’examen est surtout envisagé du côté militaire et aptitude au commandement.
Depuis vendredi, pas grand-chose de neuf : soleil de plomb, chaleur torride.
Vendredi soir : nous sommes allés au tir. Mon fusil étant à moitié fichu, j’ai fait un mauvais carton. J’ai changé de flingot maintenant et j’espère faire mieux mardi.
Hie nous avons été inspecté par un vieux général qui a critiqué tout le monde : caporaux et chasseurs et biffins alors que le capitaine était très content de nous.
A propos, j’oublie de dire à Papa que si je suis recalé, je suis de droit élève caporal au 5.
Je n’ai pas encore reçu les brodequins. Que le P.4.M se hâte, j’ai les pieds meurtris.

170527.png

 

170527-1.png

170527-2.png

Une réflexion au sujet de « Si les projets formés par Papa avaient pu se réaliser, je serais maintenant à Dijon avec lui ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s