Je suis épatamment habillé et ne manque de rien au point de vue vêtement. Je suis très heureux ici, et je crois que j’ai choisi le filon du moment.

Aux Armées
Le 19 Août 17

Chers parents

Voilà quelques temps que, bien involontairement, je ne vous ai pas donné de mes nouvelles. Mon changement de résidence en est la cause. Je suis parti de Lons vendredi à 5 heures et après un voyage interminable, entrecoupé de nuits blanches, je suis arrivé dans ce petit village de D. à 7 km de E., le dimanche matin à 11 heures.
Je suis cantonné dans une adorable petite grange et ma chambre se trouve dans une espèce de poulailler haut perché dans cette grange. Le plafond est de foin, les murs de foin, et la plancher tout vermoulu. Pourtant dans ce cagibi, aussi obscur la nuit que le jour, on dort épatamment.
Nous sommes très bien nourris : ainsi voilà le menu d’hier : soupe, sardines, haricots verts, viande rôtie, confiture, café, pinard.
Un quart de café tous les jours à la soupe, et un quart de pinard à tous les repas.

C’est plus épatant qu’à Lons ou au Camp.
Aussi au point de vue matériel, nous sommes très heureux.
Au point de vue exercice, on fait les spécialités : fusil-mitrailleur, grenadiers, etc…

J’ai commencé aujourd’hui le stage de fusilier mitrailleur, j’ai même déjà tiré et pas mal, m’a dit le Lieutenant. La vie est donc épatante ici.
Nous suivrons sans doute bientôt, nous a dit Klipffel, le cours des chefs de section, qui dure quelques semaines et offre de nombreux avantages pour monter rapidement en grade.
Ces voyages, mes dépenses de départ et celle d’arrivée ont épuisé ma bourse et je serais très heureux si vous pouviez la regarnir en recommandant une lettre. Ces voyages en effet sont la ruine du militaire.
J’ai fait 5 repas en route et les à-côtés : aussi nous sommes tous trois à sec.
Je suis épatamment habillé et ne manque de rien au point de vue vêtement. Je suis très heureux ici, et je crois que j’ai choisi le filon du moment.
C’est dommage qu’on ne donne pas de perm. De 24 heures, sans cela, j’aurai pu vous rendre visite.
Je vous quitte car il faut que je prépare mon bastringue. Je monte la garde devant chez le colonel et les officiers ce soir.
Je vous embrasse tous affectueusement.

P.Collot

25° Compagnie
5° Chasseurs Alpin
-. S.P. : 147

Je vous écrirai plus longuement prochainement.

170819-1.png170819-2.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s