Je suis C-h-a-s-s-e-u-r. Je tiens à mon unique titre qui vaut mieux que 30 lettres de noblesse.

Aux Armées
Le 9 septembre

 

Cher Parents

 

Excusez l’écriture de cette lettre, je suis rentré en effet à D. dans mon cantonnement, et c’est de là que je vous écris, assis sur ma paillasse, mon papelard casé tant bien que mal sur mon genou, à la lueur d’une pauvre lanterne d’écurie dans un cagibi plein de paille.
Le décor est donc magnifique et digne d’être brossé sur toile pour une représentation de Chanteclerc ou du Chemineau.
Nous sommes revenus ce matin d’E., notre cours étant terminé. J’ai été reçu bombardier avec la note : 14, la 2ème meilleure note de l’examen.

Et ce matin, par une chaleur d’enfer, sac au dos et tout le barnum, nous sommes revenus à la Caserne ( ?). Nous sommes 10 poilus et 6 officiers. Aussi on est pépère mais la classe 18 va bientôt venir combler les vides.
En attendant, je suis dans les premiers pour partir en perm. de 10 jours en octobre, et cela fait plaisir.
J’ai appris Jeudi par le journal que Bar avait été assez copieusement bombardé et qu’il y avait eu des victimes.
J’avais cru un instant que Jean se serait dévoué pour m’écrire de suite cet évènement, mais je n’ai rien vu venir, à mon grand dépit, car cela piquait de beaucoup ma curiosité, et que j’avais hâte de connaitre les malheureux enfants ( ?).
J’ai reçu aujourd’hui la carte de Jeannes, m’apprenant le bombardement de St Dizier, et qu’elle retirait ses reproches de l’autre jours.
Je l’absous !
J’ai reçu également la lettre de Guite. Je regrette fort de n’être pas là le 13 pour voir René. Enfin ! Tant pis.

Ah ! J’ai une observation à faire, l’autre jour, je reçois une carte de Maman avec adresse : Mr P. Collot, une lettre de Guite de même, une carte de Jeanne idem ! C’est un peu fort ! Au bout de ce mois, il faut vous rappeler qu’il n’y a pas de monsieur qui tienne maintenant. Je suis C-h-a-s-s-e-u-r. Prière donc de vous en souvenir dans vos adresses. Je tiens à mon unique titre qui vaut mieux que 30 lettres de noblesse.

A part cela, rien de bien important, aussi je vous embrasse affectueusement avant de vous quitter.

P. Collot

170909-1.png170909-2.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s