Après avoir fait de l’escrime à la baïonnette une demi-heure, il a fallu que je retourne au cantonnement me coltiner 200 cartouches

Aux Armées
Le 20 septembre
— Jeudi –

Chers Parents

J’ai reçu Lundi dernier, la lettre intéressante d’Elisabeth, et je m’attendais à une autre aujourd’hui. Ce sera sans doute pour demain et sans attendre d’avantage, je vous écris ma missive habituelle.
Depuis Lundi, rien de bien nouveau, il fait assez beau, et si j’en juge par ce qui se passe de ce côté, Bar a dû sans doute encore avoir la visite des boches.
Dimanche soir, ils nous ont survolé 3 fois, et au moins 1 fois par jour. J’espère qu’ils ont été aussi cléments là-bas qu’ici.

Comme il fait chaud, nous faisons souvent l’exercice dans les bois et avant-hier, j’ai eu le plaisir de retrouver un restant des brimbelles (myrtilles) que j’ai savouré en pensant à celles de Pairis ou de Wangen.
Quand je suis seul dans les bois assis dans la bruyère et les brimbelles, parmi les rochers, je me croirai volontiers revenu là-bas à ces beaux jours d’Alsace ; mais bientôt des crépitements de mitrailleuses, des éclatements de grenades me rappellent à la réalité.
Depuis que je suis ici, j’ai entendu souvent parler par des types d’Orbey, du Lac Blanc etc ? mais ils n’ont guère pu me renseigner, ayant été seulement dans les parages.
Aujourd’hui, nous avons eu revue par le Colonel commandant le centre d’instruction, et j’ai turbiné. Après avoir fait de l’escrime à la baïonnette une demi-heure, il a fallu que je retourne au cantonnement me coltiner 200 cartouches, et courir au tir, où je suis arrivé trop tard, mais toujours assez tôt pour me faire coller une mitrailleuse sur le dos pour remporter au patelin. Vous pensez si j’ai mouillé la chemise, et tout en transbordant mon bazar, je songeais que pour rien au monde, je n’aurai porté le dixième de ce bastringue huileux gras et massif dans le civil.
Ce qui prouve encore une fois que le régiment fait du bien aux « enfants ».
J’espère que Jeanne a pris quelques photos dimanche et qu’elle aura l’amabilité de me les envoyer. Cela me ferait bien plaisir.
Je termine cette courte et peu intéressante missive (faute d’évènements digne d’attention) en vous embrassant tous affectueusement.

 

P.Collot

170920-1.png170920-2.png

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s