Ce furent les heures les plus dures de mon séjour au front.

Aux Armées
le 12 Novembre 17

Chers Parents

Comme je vous l’avais annoncé, je vous envoie la suite de mes impressions.

II En ligne. Une fois arrivé aux abords de la tranchée la marche de la colonne se ralentit, la tranchée étant coupée presque de mètre en mètre par des trous d’obus ; il nous fallait sauter de trou en trou avec notre barda. Toujours le plus grand silence dans les rangs. On entendait quelques chuchotements de temps à autre, c’était les poilus que nous devions relever, qui collés au parapet pour nous laisser passer nous glissaient quelques mots au passage :
… Quel Bataillon !
… Vous montrez pas, attention à la mitrailleuse.
… C’est vous qui attaquez !
… Le coin est mauvais !
Etc ! Tout un chapelet de conseils peu rassurants ou de curieuses questions.
Enfin, on s’installe tant bien que mal, et illico je suis désigné pour les avants postes. Je reprends mon barda et en avant ! On me met avec deux autres dans un trou d’obus, et nous commençons la veillée des armes, le fusil tout chargé devant nous avec des grenades à portée. Sinistre nuit, dont le silence était troublé par le sifflement des obus qui allaient exploser avec fracas sur les tranchées boches. Le sommeil nous gagnait, le froid nous engourdissait, nos paupières papillonnait, et fallait veiller quand même.

Au matin, nous regagnâmes la tranchée et au fond d’une sape humide et étroite, un véritable cercueil, on dormait quelques heures, puis on passe ainsi la journée, rompus, lassé pendant qu’au-dessus de nous le canon grondait et que torpilles et obus éclataient.
Nous passons 2 jours et 2 nuits ainsi sans bouger au milieu d’un ouragan de fer et de feu qui fit peu de victimes. 3 pourtant de ma section furent tués à l’entrée de la sape par un obus. Heures sinistres !
Je croyais que ma tête allait se rompre et énervé, crispé, je n’attendais que la mort.
Ce furent les heures les plus dures de mon séjour au front. C’était ??? les premiers.

Je vous parlerai la prochaine fois de l’attaque plus longuement.
Affectueusement

 

P.Collot

171112_1.png171112_2.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s