Qu’on fasse de nous ce qu’on veut ! En somme nous ne sommes que d’héroïques mannequin! D’autres tirent les ficelles.

16 décembre 17

Chers Parents

C’est après avoir mangé une cinquantaine de kilomètres en deux jours que je vous écris tranquillement dans un restaurant où ce soir je me paye comme extra un dîner, grâce à la générosité de Madame Philippot, que je charge Papa de remercier. Nous sommes à la frontière, à l’ancienne frontière, et je ne sais pas si nous continuons notre route demain. Je ne m’en fais pas, vous voyez, je ne regarde jamais le lendemain, je vis au jour le jour, insouciant et tranquille, c’est ce qu’il vaut le mieux dans le métier. Pourtant, je suppose qu’un de ces quatre matins, nous allons monter! Qu’on fasse de nous ce qu’on veut ! En somme nous ne sommes que d’héroïques mannequin! D’autres tirent les ficelles. Qu’ils les tirent !

C’est dimanche aujourd’hui ! Et les ficelles ont été tirées. En conscience, nous avons donc bouffé des kilomètres. A vrai dire, cela me répugne de boulonner le dimanche! Surtout quand je songe à vos dimanches ! Aussi ce matin, je me disais vers 11h, en avalant ma soupe à la Grande Halle  » Ils doivent revenir de la messe et j’imagine ce retour dans cette tranquille rue Nève! Puis (c’est par le ventre qu’on nous tient) j’imaginais votre dîner en avalant des éternels haricots et le sempiternel bouilli. C’est ainsi de toute la journée ! Mon dimanche à moi se résume ainsi : levé à 6h, marche jusqu’à 3h, pause, un bout de vèpre, un verre de bière, correspondance et souper en ville (!).

Enfin, j’espère revivre parmi vous quelques jours en cette fameuse perm., qui doit approcher il me semble.

Voilà 5 mois que je vous arrivais un 14 juillet! Ce que c’est loin !

J’ai reçu hier la lettre de Jeanne et l’argent de Papa ! Merci ! J’attendais impatiemment de vos nouvelles ! H. Swartz me fait la pige ! Je vais essayer de le rattraper ! Sans faire de folies, ma mère! Enfin il s’est engagé avant moi c’est juste qu’il arrive avant ! Félicitez le, avant que je ne le fasse moi-même !

Je termine cette missive bien drôlement bâtie, ma foi ! En vous embrassant tous affectueusement.

P.S.
Mes doigts de pieds ne sont plus à l’étroit dans mes chaussettes. Ils se sont fait des trous partout. Heureusement que l’impôt des portes et fenêtres ne passe pas par là.

 

P.

171216_1.png

171216_2.png

171216_3.png

 

171216_4.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s