Petit, où est ta badine ? Mon Général, je suis de garde.

Aux armées
le 4 mars 18

Chers Parents

« Je remets cela » aujourd’hui parce que j’ai un peu le cafard et pour vous raconter quelque chose qui vous intéressera peut-être.
Hier j’étais allé depuis le corps de garde au cantonnement chercher les lettres qui venaient d’arriver quand en revenant je me tamponne avec Brissard-Desmaillet qui faisait une tournée à l’improviste avec un seul officier. Je lui fais le plus beau de mes saluts.
Il m’interpelle :

  • Petit, où est ta badine ?
  • Mon Général, je suis de garde.
  • Alors ! Tu as raison.
    Il s’approche de moi et continue ;
  • J’ai déjà vu ta tête quelque part !
  • Je ne crois pas Mon Général, c’est la première fois que je vous vois.
  • Depuis quand es-tu à la division ?
  • Depuis l’attaque de la Malmaison
  • Tu as dû y casser des lunettes ?
  • Trois paires mon général !

Il se mit à rire et s’en alla.
Au bout de 10 mètres, il se retourne et voyant que je le suivais il me dit :

  • De quelle classe est-tu ?
  • Classe 19 mon Général.
  • Oh ! Oh ! Et comment t’appelles-tu ?
  • Chasseur Collot, mon Général !
  • Ah ! Mais voila le Collot que je cherchais.

Et pendant que je roulais des yeux gros comme des chiques, il se tourne vers son officier d’ordonnance et lui cause quelques minutes, puis me dit :

  • Tu connais le Colonel Pougin ?
  • Oui mon Général !
  • Eh bien ! J’ai des renseignements sur toi, tu vas te présenter au concours d’E.A. . Je te ferai descendre pour passer l’examen et j’espère que tu réussiras. Quelle profession as-tu ?
  • Etudiant, non Général !
  • Alors tu es bachelier. Cela ira tout seul certainement !

Il me cause encore quelques secondes et me félicite de ma bonne mine. Détail rigolo : il me dit aussi : « Tu me feras remettre ta dent en perm, cela te dépare ! »

Il me congédia ensuite, et je me trottais en vitesse, et j’arrivais juste pour présenter les armes avec le poste quand le Général passa.

Voila ce que j’avais à vous dire. Je ne sais pas en quoi consiste cet examen, je sais seulement qu’il y en a eu un dernièrement à la division et que sur 34, 3 seulement ont été reçus. Il faut croire que c’est dur.

J’espère réussir, mais p. p. moi.

Colardelle m’a quitté aujourd’hui. Il part au Dépôt divisionnaire suivre un cours de mitrailleur. Il va de stage en stage. Cela m’ennuie bien de la voir partir, et c’est pourquoi j’ai un peu le cafard aujourd’hui !

Il fait toujours un temps détestable ici. Pourvu que cela ne dure pas.
Je termine cette lettre en vous recommandant cet examen et en vous embrassant tous bien affectueusement.

P.Collot

180304_1.png180304_2.png180304_3.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s