Quelquefois même je me demande comment font ceux qui ne croient pas plus à Dieu qu’au diable et je les plains sérieusement, surtout quand je les vois tomber.

7 juin 18

 

Cher Père Collin,

 

Voilà déjà un petit bout de temps que j’ai reçu votre aimable lettre, mais les circonstances m’ont amené à différer la réponse, jusqu’à maintenant.

Tout d’abord, je crois que vous vous abusez à mon égard. Je n’ai pas l’honneur d’avoir 2 citations et une seule étoile brille sur mon ruban. Elle date du 23 octobre, c’est-à-dire de la Malmaison, mais la croix Meusienne m’a fait l’honneur d’insérer ma citation il y a 2 mois seulement, c’est ce qui a du vous induire en erreur. Pour le moment, je n’ai ni le temps ni les moyens d’en briguer une autre, puisque depuis Mai, je suis au C.I.D. où je suis un cours préparatoire au cours d’E.A. ; je ne me fais du reste aucune illusion sur le résultat du cours, je commence à connaitre assez l’armée pour savoir comment tout se manigance. Je n’en n’éprouve d’ailleurs aucun dépit et c’est le cœur léger qu’un jour je rejoindrai ma compagnie.

Ici, du reste, je ne suis qu’une moitié d’embusqué, puisque dernièrement, besoin s’en était fait sentir, on nous a fait monter en ligne sur le front de la 1ère offensive Boche. J’en suis redescendu hier sain et sauf, grâce à Dieu. Je dis grâce à Dieu, ma foi, oui, puisque quand je monte, je m’abandonne complètement à la Providence et prêt à tout, je ne compte que sur elle. C’est ce qui surement me donne sinon le courage, que je ne me pique pas d’avoir, tout au moins l’endurance et l’espérance.

Quelquefois même je me demande comment font ceux qui ne croient pas plus à Dieu qu’au diable et je les plains sérieusement, surtout quand je les vois tomber. Pourtant, il me semble qu’au milieu de tous ces dangers et si près de la mort, l’idée d’une Providence doit venir d’elle-même.
Au point de vue moral, dans le sens particulier du mot, grâce au ciel, je n’ai pas failli et j’espère que cela durera malgré l’ambiance dans laquelle on se trouve dans l’armée. En somme, au point de vue de ma conscience, je me trouve tel qu’aux premiers jours et j’en suis heureux.
J’ai toujours la même confiance inébranlable en la victoire. En somme, je suis heureux de n’avoir pas plus varié que cela au milieu de tous ces bouleversements.

Je vous ai fait l’exposé de ma situation morale comme vous aviez la bonté de vous intéresser à moi, et suis tout prêt à recevoir conseils, avis, … reproches.

J’espère que vous êtes toujours en bonne santé et je termine en vous assurant de mon respect le plus affectueux.

 

P.Collot

5ème B.C.A.
C.I.D.
3. P = 190

 

180607_1.png180607_2.png180607_3.png180607_4.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s