A part toutes ces revues et autres babioles par lesquelles on nous occupe, je suis assez désœuvré.

Mardi 13 Août 1918

 

Chers Parents

 

Avant de faire partir ma lettre d’hier soir, je viens remercier Papa du contenu de sa lettre ainsi que Jacques de sa bonne prose.
N’est-ce pas plutôt Bouchon que Goujon qui aurait été tué ? Car Bouchon, un type du Lycée de Bar était camarade de promotion de Schwatrz. Je vais d’ailleurs lui écrire et saurai ce qu’il en est.

Depuis ma dernière lettre nous n’avons pas bougé et sommes toujours à notre première étape. Je peux vous dire où il me semble, si la censure me le permet : c’est à Loeilly, près de Conty, que nous sommes arrivés, pour combien de temps, je l’ignore. En tous cas, à part toutes ces revues et autres babioles par lesquelles on nous occupe, je suis assez désœuvré.
Voudriez-vous m’envoyer un peu de lecture : quelques numéros de Revue Hebdomadaire par exemple, cela me ferait bien plaisir. Après la pâture du corps, celle de l’esprit.
Et de celle-là, l’Intendance nous dispense complètement. Et pour un intellectuel comme moi (Aïe ! je me marche sur le pied !!!), c’est assez pénible. Vous le comprenez facilement, vous tous, Père, Mère, frères, sœurs, grands liseurs devant l’Eternel. Et je compte sur votre bonté.
Je termine, voilà un poilu qui entame une discussion avec moi, et du train dont nous partons, ma lettre ne partira pas ce soir.
Je vous embrasse tous affectueusement.

P. Collot

 

20180813_1.png

20180813_2.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s